Rejoignez-nous

- Rocca Sbarua -

Week-end du groupe Alpi

La météo s'annonce désastreuse pour ce week-end et Thibault nous propose de franchir le tunnel du Mont Blanc pour aller chercher la chaleur italienne. C'est donc du côté de Turin, plus précisément au spot d'escalade de Rocca Sbarua, que nous passerons notre 2e week-end ensemble à crapahuter en grandes voies, mettre en pratique l'école de noeuds et peaufiner notre Italien, accessoirement...
Nous nous retrouvons le jeudi soir qui précède afin de préparer le matériel. Heureusement, le CAF peut nous prêter tout ce dont nous avons besoin et Thibault complète avec son propre matériel.

Rendez-vous est donné le samedi matin où nous quittons un ciel lourd et chargé direction Turin, 4h de route et une arrivée sous le soleil. C'est qu'il a du flair notre Thibault ! La "marche d'approche" (si on peut appeler ça comme ça) jusqu'au refuge, est une simple randonnée familiale accessible à tous. Les paysages sont superbes, nous sommes au-dessus des nuages qui encombrent la vallée, que demander de mieux ? Eh bien un refuge exceptionnel qui mérite amplement son nom de cabane canadienne, entièrement fait de rondins de bois. Pour la petite histoire, il s'agit en réalité du chalet construit à l'occasion des jeux olympiques de Turin organisés en 2006 qui a été entièrement démonté puis reconstruit à son emplacement actuel. Et pas n'importe quel emplacement... Face à la chaîne de montagne dominée par le Mont Viso, ni +, ni -. Un spectacle magique, notamment au lever du soleil... Décidément, ce week-end s'annonce plutôt bien.

Une fois au pied des voies, Thibault nous rappelle quelques fondamentaux puis c'est à nous de jouer. Nous nous dispatchons en 3 cordées de 2, Gaëlle et Christian (après tout ils sont unis pour la vie...), Daniel et Seb (eux aussi... ?) tandis que je ne quitte plus mon binôme Eric. Nous sommes tous prêts (enfin presque) pour nous lancer dans cette première voie du week-end. Tandis que Gaëlle et Christian, suivis de Seb et Daniel attaquent par une 3b – 5c – 4b – 3c, Eric et moi partons sur une 5b – 5a – 5b – 3c. On s'amuse à grimper en tête, on essaie de bien faire nos relais, Chef Thibault qui voit tout et entend tout ne manque pas de nous rappeler à l'ordre : "c'est un peu la fête de l'assurage aujourd'hui les gars non ? ", on encourage les copains et nous finissons par redescendre le tout en rappel tandis que le soleil se couche.
Après cette 1e journée riche en émotions, nous rentrons au refuge toujours dans la joie et la bonne humeur.

Dimanche, nouveau jour, nouvelle voie. Tandis qu'Eric et moi partons sur du 4b – 5b – 5b – 5c – 5c – 3c, Thibault disparaît avec les 2 autres cordées dans une voie 4a – 4a – 5a – 3a – 4c – 4a – 4c – 5a – 3b. En ce qui nous concerne, Eric et moi sommes très contents de notre journée. Nous avons eu la voie quasiment pour nous deux, avons pu profiter pleinement du panorama et nous faire plaisir en crapahutant chacun notre tour en tête. Bon, en réalité, on ne faisait pas trop les malins quand on a du chacun notre tour grimper en tête dans un 5c... mais on l'a fait ! Les techniques de noeuds, de relais et d'assurage étaient bien plus au point que la veille. Tout était vraiment top.
Les choses se sont révélées un peu plus délicates pour nos copains qui se sont retrouvés suivis de (trop) près par une cordée italienne. Au menu : cordées emmêlées, un peu de pression et une chute pour notre « papy cliffhanger » qui heureusement aura eu plus de peur que de mal. Nous redescendons avec Eric jusqu'au refuge et taillons la bavette en italien à nos voisins en attendant le reste du groupe. Lorsque tout le monde arrive, nous faisons le point sur le matos, cassons la croûte et retournons aux voitures.

Encore un superbe week-end ensoleillé qui se terminera sous la neige une fois le tunnel du Mont Blanc franchi.
Arrivederci Italia et vivement la prochaine !

Amélie

Relire le récit de la 1e sortie