Rejoignez-nous

- Les Bauges -

Week-end du groupe Alpi

Alors que mon agenda du boulot me rappelle chaque jour que samedi et dimanche c'est "SORTIE ALPI", nous sommes jeudi et la météo pour ce week-end ne s'annonce pas vraiment ensoleillée. Qu'à cela ne tienne, on met les K-way (pardon, les Gore-Tex, on est en Haute-Savoie ici Amélie, plus dans le Nord) et on y va !
Nous nous retrouvons samedi matin à 9h au local du CAF avec Chef Thibault, notre Mentor pour cette première saison.

Ce week-end, nous serons 8, Tonia, Eric & Eric, Daniel, Seb, Elliott, Macje et moi. Ainsi, pendant que nos 2 amoureux Christian et Gaëlle sont déclarés absents ce week-end (précisons le tout de même, ils sont partis faire la fête de la bière en Allemagne, on voit tout de suite où sont les priorités) nous faisons le tour des sacs et du matos. Aujourd'hui, direction le Salève.
Au programme, des mots bizarres : noeuds, béquet, rappel, machard mais aussi coinceurs, friends, excentrique (excen...quoi ???) et j'en passe...
Puis un moment de solitude lorsque Thibault me tend tout en souriant un ustensile encore inconnu pour moi, une espèce d'échelle (mais seulement une malgré nos deux jambes, car deux échelles ce serait trop simple) et vas-y que tu te débrouilles pour grimper avec ça. Autant vous dire qu'il n'y a pas que dans ma tête que cela a fait un sac de noeuds. Bref, après avoir grimpé (un petit peu) puis être redescendu en rappel (rapidos), nous remettons en route direction le local du club pour préparer la journée du dimanche.

Deux possibilités s'offrent à nous : la Dent de Velan dans le chablais (welcome home) ou le Roc des Boeufs – traversée par les arrêtes, vers Annecy dans le massif des Bauges.
557 m de D+ c/ 750 m de D+
AD c/ AD+
Pas chauvins, même pas peur, nous optons pour le Roc des Boeufs.

Rendez-vous tôt dimanche matin direction les Bauges. Et pourtant, on aurait presque pu croire que nous n'étions pas destinés à y aller. Oui, chers lecteurs, car il faut quand même savoir que notre volonté a été mise à rude épreuve en ce dimanche à 7h du matin. 1e leçon du jour : ne jamais oublier que les usagers de la route un dimanche matin ne vont pas tous randonner et qu'il y a aussi, malheureusement, les retours de soirées ! C'est donc avec une dose de panique que nous avons débuté la journée en manquant de percuter de plein fouet une voiture dont le chauffeur, de retour de soirée, s'est endormi au volant... Eric, mon binôme de cordée, a géré la situation comme un chef et a fort heureusement su limiter la casse à son seul rétroviseur.
Toujours est-il que pendant ce temps, Chef Thibault nous attendait à Findrol et que nous prenions du retard pour cette première grande sortie... Arf ! Est-ce que c'était toujours maintenu ? Bien sûr mon p'tit ! Hop hop hop, on se ressaisit et on y va !
Une fois notre colis récupéré à Findrol (celui-là, on a vraiment pas intérêt à l'oublier), nous nous mettons en route en espérant que cette mésaventure ne soit pas le reflet de notre journée !

Le massif des Bauges en automne, ce fut pour moi une découverte. Une fois au-dessus de la brume matinale, c'est un festival de couleurs automnales qui s'offre à nous, du rouge, de l'orange, du jaune. Tout est flamboyant. Tout est beau. Tout est nature. A coup sûr, notre bonne étoile se rattrape et la journée sera bonne. Tonia prend la tête du convoi telle une vraie gazelle.
Elliott, qui avait intelligemment imprimé le topo, se dispute le trajet avec Tonia en fonction des indices toujours aussi farfelus/légers/très rassurants du genre "au prochain piquet, tournez à droite" alors qu'il y a une clôture entière, ou encore "A l’arbre tournez à gauche" comme si il n'y avait qu’un seul arbre, la palme revenant à "au cailloux"...oui oui oui...mais encore... Bref, ça y est, nous arrivons tant bien que mal à notre point de départ. Que la fête commence !

Chaque binôme s'équipe et nous attaquons la montée, tous équipés de nos coinceurs et friends pour essayer de mettre en pratique les leçons de la veille. Pendant que nous passons notre temps à nous assurer, à ravaler de la corde, à déplier de la corde, à mettre des coinceurs, à dire à notre premier que son coinceur n'a pas tenu ou que le friends est bloqué parce qu'il y a mis une force de boeuf, Chef Thibault crapahute tel un véritable bouquetin, à se demander pourquoi on a sorti les cordes et nous observe (bon là, par contre, je ne sais pas ce qu'il se dit !).
Pendant ce temps là, Daniel et Seb se disputent tel un vrai petit couple pour savoir qui porte la culotte, Elliott et Macje, la cordée anglophone, avancent tranquillement sans qu'on y comprenne grand-chose, Eric M, le débutant, n'a d'autres choix que de suivre Tonia, la randonneuse aguerrie, pendant que Binôme et moi, passons notre temps à rigoler...

Tout est bien qui finit bien puisque nous arrivons au sommet (même si en toute honnêteté, on a explosé le timing... ça prend du temps quand on est 8) et c'est bien en haut que le panorama est à couper le souffle.Le Mont Blanc, le lac d'Annecy... Bref, la montagne se mérite !Après notre pause Selfy (on est des d'jeunes) nous nous remettons en route par le chemin de randonnée et l'ambiance reste fidèle à la journée que nous venons de passer : dans la joie et la bonne humeur. Arrivés à la voiture en début de soirée, nous avons tous les pieds plats et certainement quelques courbatures mais quelle super journée ! Chef Thibault propose de faire le point dans le 1e troquet du coin et c'est finalement autour d'une bonne pizza que nous finirons la journée.

De cette 1e journée, je vais mettre quelques jours à "redescendre" : des images et des émotions plein la tête, un nouveau groupe, de nouvelles rencontres et beaucoup de bonne humeur. A n'en pas douter, un très bon cocktail pour les sorties à venir.

Amélie

Découvrez le récit de la 2e sortie