Rejoignez-nous

- Ski pas facile, qu'il disait... -

Week-end groupe alpi 2017

« Ski pas facile », qu'il disait…
Ou la première sortie ski de rando du groupe alpi
Le 7 janvier 2018
Elèves sérieux et attentifs, nous suivions le BRA et les évolutions de la météo toute la semaine en prévision de notre première sortie ski de rando du groupe alpi.

Pour ma part, c'était la première sortie en ski de rando tout court.

Pression était le mot du week-end.

Le vendredi soir, alors que je sortais ma superbe carte IGN, la méthode 3x3 (merci Seb) et tout le reste, je consultais le BRA pour lire ces deux phrases : « Neige croutée » - « ski pas facile ».

Souffle un coup, ça va aller.

C'est donc dans la joie et la bonne humeur que nous nous retrouvons à Sommand avec pour objectif du jour : Haute Pointe.

Rapidement et nécessairement, deux groupes se forment : débutants d'un côté, confirmés de l'autre. Les binômes habituels sont éclatés, rien ne va plus...

Alors que Seb décide de partir avec les meilleurs, Thibault se retrouve à nous gérer…. Nous et notre galère, nous et nos questions bêtes du genre « et comment on met les fixations pour la descente ? ». Faut dire qu'on avait déjà tous mis nos peaux sans poser de questions donc tout n'était pas perdu. Ouf.

Une petite analyse de terrain et un checking des DVA plus tard, nous étions tous prêts à partir. Faut quand même avouer que la veille, en lisant ma carte IGN, j'en avais déjà les tripes retournées. Une fois sur place, ce n'était franchement pas mieux. C'est donc avec un certain stress (+++) que j'ai suivi le mouvement.

Après une première approche dans les sapins et une arrivée sur un plateau naturellement doux, il a fallu se rendre à l'évidence : les choses sérieuses commençaient.


Deux options : droit dans la combe jusqu'au sommet ou monter par la droite sur l'épaule depuis le col de Chavan. Paraît-il que la deuxième option était plus simple…. C'est donc naturellement que j'y suis allée sans réfléchir des heures. Daniel , Thibault et moi laissons le reste du groupe s'attaquer à la combe « légèrement » gelée pour aller taquiner cette épaule.... entièrement gelée également !

Après avoir déchaussé puis sorti les couteaux (enfin je veux dire emprunté ceux de Chef Thibault, sinon c'est pas drôle, après tout il gère sans...) pour finalement me casser la figure et perdre un ski sauvé par un sapin (où comment appréhender deux visions de la pente totalement différentes, entre la pure débutante en stress +++ et le guide en mode détente +++) nous parvenons à rejoindre le reste du groupe qui semble avoir tout autant galéré que nous.

« C'était cool les gars ? »

« Ouai super on a attaqué la montée sans les couteaux et ensuite... il était trop tard pour les mettre ».

Cool....tout ça ne m'inspire absolument pas confiance mais je suis sûre que rien ne transparaît, grâce à mon self contrôle....hum hum...

C'est sûrement maintenant qu'il faut vous parler de la partie la plus rigolote, la descente ?

Vous savez ce moment fabuleux vendu par tous les adeptes du ski de rando, le plaisir de faire sa trace, la poudreuse, la liberté , l'absence de remontées mécaniques et bla et bla et bla....

Dimanche 7 janvier 2018, « ski pas facile ». C'était écrit et je vous assure, cher lecteur, le BRA avait vu juste : aux oubliettes la poudreuse et faire sa trace ! Alors je la joue comment ? Sur les fesses ? Non, j'ai un honneur à sauver siou plait !

En tant que boulet du jour, Seb, Thibault et mon homme ont eu le privilège de se relayer pour ne pas m'abandonner à mon triste sort et éviter de me faire manger de la glace à chaque virage (encadrant, c'est pour le meilleur et pour le pire après tout, non?).

Fort heureusement, c'est autour d'une bonne table que nous avons fini cette sortie pour débriefer de la journée et papoter des prochaines sorties.

Prochain rendez-vous ? En italie ! Et ça va cogner !

Amélie

Lire le récit de la 4e sortie
Sortie précédente